Le 1er Mai 2020 Arvik et son équipage quitteront les côtes françaises pour entamer un voyage de 18 mois. Ils effectueront une première boucle de 6 mois dans la mer du Nord, puis ils se lanceront dans un grand tour de l’Atlantique. Clémence, Charly et Guénola, tous 3 amoureux de la mer et conscients des enjeux environnementaux, souhaitent dédier ce voyage à la protection des Océans.

LE PROJET

Leur trajet suit la route de migration des cétacés à fanons. Les baleines, comme tout l’écosystème marin, est mis en danger par les activités humaines. À travers leurs découvertes, ils veulent sensibiliser sur la pollution plastique et des dangers qu’elle représente. Au programme : observation et écoute de la vie marine, prélèvements et analyse en mer, puis partage de leurs rencontres. Ils rendrons compte de la santé des océans afin d’inciter chacun à réduire son impact sur l’environnement.

 

« Notre trajet suit la route de migration des cétacés à fanons.
Une magnifique occasion pour nous d’apprendre à mieux les connaitre! »

 

Un projet divisé en 3 axes

 

1 – La pollution plastique

Autant en naviguant qu’en se baladant sur le littoral, ils ont pu constater l’ampleur de cette pollution. 80 % des déchets que l’on trouve en mer viennent de la terre, acheminés par les rivières et les fleuves. Chaque année, c’est 8 millions de tonnes de plastiques qui finissent dans les océans, dont la moitié provient des emballages à usage unique que l’on emploie au quotidien. Il est temps de prendre conscience de la gravité de la situation.

Leurs actions :
-Nettoyage de plages
-Ramassage et identification des déchets en mer
-Prélèvement de micro-plastique

2 – Les baleines

Elles sont elles aussi touchées par la pollution plastique. On parle beaucoup du nombre de kilos de plastiques qu’elles ingèrent lorsqu’on les retrouve échouées sur les plages, mais elles sont également menacées par la pollution sonore des activités humaines. Lors de leurs rencontres avec ces mammifères, ils effectueront des observations sonores et visuelles dans le cadre de sciences participatives. Le but est de témoigner des diverses pollutions dans leurs lieux de résidences.

Leurs actions :
-Observations des cétacés
-Ecoute et enregistrement des baleines via un hydrophone embarqué
-Etude de planctons avec un disque secchi

3 – Un mode de vie éco-responsable

Pour limiter leur impact sur l’environnement, l’équipage a adopter un mode de vie éco- responsable. C’est nos choix au quotidien qui permettent de réduire le nombre de déchets que l’on retrouve dans la nature. Donner des astuces et prouver qu’une plaisance respectueuse de l’environnement, autant pour les travaux que la vie à bord, est possible, voilà les défis qu’ils veulent relever.

Leurs actions :
-Objectif zéro déchets à bord
-Consommation électrique réduite à l’essentiel
-Recyclage et valorisation

 

EN SAVOIR PLUS ?


Retrouvez toutes les infos sur:

www.ecoarvik.com